Les lycées Français dans le monde...

 

Hélène Dardant/Berger
Jean Pierre Delaporte
Maurice Berger

Rencontres mondiales de l’AEFE : Paris 9 et 10 / 04 /10

Bref rappel concernant l’AEFE .

L’AEFE (Agence pour l’enseignement du français à l’étranger ) est un établissement public créé en 1990 , sous tutelle du ministère des affaires étrangères , avec la mission d’assurer l’éducation des enfants des familles françaises résidant à l’étranger , de contribuer par la scolarisation d’élèves étrangers à l’action culturelle de la France et au rayonnement de la langue française et entretenir avec la langue et la culture des pays d’accueil des relations privilégiées .

A ce jour , 20 ans après , l’AEFE possède le réseau scolaire le plus important au monde : 460 établissements dans 130 pays avec 250.000 élèves dont 100.000 français .

Les journées des 9 et 10 avril .

L’AEFE a voulu marquer son vingtième anniversaire par une large concertation au niveau mondial ,
il y avait près de 700 participants , procéder à des échanges de vue sur le passé et les leçons à en tirer pour l’avenir et enfin procéder à la création d’une association filiale de l’AEFE , qui rassemblerait tous les anciens élèves de son réseau dont il vient d’être question .

Les personnes présentes et les sujets traités se sont situés à un niveau élevé et Bernard Kouchner
y a lui même consacré plus d’une heure en participant aux conclusions des débats .

Pourquoi notre présence ?

Le hasard , mais on connaît le proverbe qui dit que le hasard fait parfois bien les choses .

Jean Pierre Delaporte rencontre fin mars un de ses amis qui représente le lycée de Rabat à l’AEFE ,
qui lui parle de sa venue à Paris et lui dit « mais cela devrait vous intéresser » .

Jean Pierre se laisse convaincre mais pas libre cherche un remplaçant . Hélène et Maurice lui donnent un coup de mains pour ce faire , mais en vain . Il n’y a plus qu’une solution dit Jean Pierre .

Hélène et Maurice ont compris et ne peuvent que lui répondre « d’accord nous y serons » .

Et malgré les grévistes de la SNCF ils sont au palais des congrès de Paris le 9 avril à 8h .

Qu’ont ils- fait ? Ils le racontent .

Nous sommes venus avec une mission d’observateurs notamment pour voir ce que pouvait apporter à notre groupe de Fulpmes l’AEFE et les personnes ou organismes que nous allions rencontrer .

Les conférences et interventions du 1er jour ont été fort intéressantes mais assez éloignées de nos préoccupations .Pour mémoire nous noterons deux points qui ont plus retenu notre attention

1/4


Le premier pour l’enseignement général et son organisation : les solutions préconisées pour l’avenir nous ont beaucoup fait penser à ce que nous avons connu avec succès il y a une soixantaine d’années avec notre Proviseur Jean Thibault Chambault .

Le second a été l’objet d’un brillant exposé d’un philosophe, Edgar Morin directeur de recherches émérite au CNRS , sur l’orientation à donner à l’enseignement de la culture générale , de la philosophie de la vie et plus discrètement de problèmes confessionnels .
Maniant mal son mode d’expression de très haut niveau nous dirons plus simplement : ces sciences et ou prescriptions diverses se réfèrent à des principes , des connaissances , des observations qui peuvent être particulières aux différentes régions de la terre et aux époques auxquelles elles ont vu le jour .
Les prescriptions qu’il en résulte ne peuvent pas à l’échelle du temps avoir une valeur absolue .
Le rôle de l’enseignant dans ces disciplines immatérielles est de préparer ses élèves à des évolutions et non pas à leur inculquer le respect inconditionnel et éternel de valeurs anciennes dont l’évolution du monde démontre maintenant l’inutilité , voire le danger .

Mais revenons à nos préoccupations :Fulpmes et son devenir .

Ces conférences, si captivantes soient elles étaient entrecoupées d’une pose café le matin d’une pose pipi en milieu de matinée d’un cocktail dînatoire à 12h30, et de même pour l’après midi .
C’est pendant ces arrêts que nous avons fait différentes connaissances :

Tout d’abord l’ami de Jean Pierre , Madani , français par sa mère , marocain par son père et responsable des anciens élèves du lycée français de Rabat , le lycée Descartes .
Nous a rejoint rapidement Ferdi président des anciens élèves du lycée français de Vienne .
Ferdi et Madani sont de éléments majeurs incontournables dans l’organisation mondiale des anciens
Enfin est arrivé Peter Pongratz lui même président des parents d’élèves du lycée français de Vienne .

Quand nous vous aurons dit que le lendemain c’est le Proviseur lui-même du lycée français de
Vienne qui est venu nous parler de Fulpmes et que c’est lui qui a présidé l’assemblée générale
constitutive de l’association des anciens élèves au niveau mondial chacun comprendra aisément
ce qui va suivre et que notre venue en observateurs ait vite évolué vers une participation plus active .

Revenons un peu en arrière.Parler à une personne au milieu de plusieurs centaines d’autres on y arrive .A trois cela se complique et à partir de 4 ou 5 on ne se comprend plus du tout .

Nous avons donc tout simplement invité nos nouveaux amis à venir prendre l’apéritif avec nous le vendredi soir à notre hôtel , chose facile puisque nous logions dans un hôtel qui se trouve dans
l’enceinte même du Palais des congrès avec lequel il communique sans sortir à l’extérieur .

C’est ainsi que pendant 1h et ½ , confortablement installés au bar de l’hôtel Concorde nous avons pu tenir à six une réunion constructive en toute tranquillité dans un climat amical et sympathique .

Fulpmes et Vienne sont quasiment des frères jumeaux nés à moins d’un an l’un de l’autre , d’un même père , le général Béthouard .La présence de deux établissements s’expliquait alors facilement :
Les français étaient seuls au Tyrol alors qu’à Vienne ils devaient tenir compte des trois autres nations
alliées et puis , à l’époque de leur création , les communications Vienne Innsbrük n’étaient pas faciles
ni par la route ni par le train .


2/4

Si attachante fut son expérience sous la direction du Proviseur Thibault Chambault la disparition
du lycée de Fulpmes était inéluctable avec la diminution de la présence française au Tyrol
Il faut d’ailleurs noter que postérieurement à 1950 Fulpmes ne préparait plus à la deuxième partie
du bac et qu’il fallait pour le passer soit revenir en France soit aller au lycée de Vienne
Certains élèves ont, pour des raisons différentes , fréquenté successivement les deux lycées .
Tel a été le cas de notre très regretté Jacques Pététin qui après avoir passé son premier bac avec Fulpmes fut l’un des premiers élèves du lycée de Vienne où il préparera son deuxième bac .

C’est pourquoi , 60 ans après , il ne paraîtrait pas anormal de considérer que Fulpmes et Vienne n’étaient que deux entités géographiquement distinctes d’un même lycée français en Autriche .C’est ce que souhaite sans aucun doute les Viennois mais si telle est la solution retenue il faudra trouver une présentation administrative pour que la spécificité Fulpmes subsiste dans Vienne non seulement tant que nous sommes encore là mais aussi quand le dernier de nous aura malheureusement disparu .

Tel est l’état d’esprit qui a prévalu lors de nos contacts inopinés et informels du 9 avril .

Nous voilà maintenant au lendemain 10 avril qui n’a pas lui non plus été exempt d’inattendu .
Ce jour des ateliers de travail étaient prévus dans différentes salles . Une autre était réservée pour l’assemblée générale constitutive et les formalités annexes relatives à la création de l’association
des anciens élèves des lycées français à l’étranger .

Dans notre idée nous y allions en observateurs ou si l’on veut en auditeurs libres .
Une surprise nous attendait à l’entrée où se trouvait une secrétaire assise sur une chaise devant une petite table sur laquelle était un état de présence qu’elle faisait signer aux personnes qui arrivaient .

Nous avons marqué un temps d’arrêt lorsque nous avons compris que cet état , préparé à l’avance était celui des personnes ou organismes qui se portaient candidats comme membre fondateur de l’association .Nous avons finalement signé tous les deux car en regardant le tableau nous avons pu constaté que nous étions inscrits à titre personnel mais que néanmoins dans une colonne suivante figurait le nom du lycée dont nous étions censés être originaire .

Et c’est ainsi que quand ce tableau a été projeté sur l’écran qui se situait dans la salle tous
les présents ont pu lire qu’un certain lycée de Fulpmes en Autriche figurait au nombre des quelques trente lycées du monde dont des représentants s’étaient réunis pour créer cette association mondiale des anciens élèves à l’étranger . Ainsi Fulpmes reste bien vivant .

Parmi les décisions prise ensuite par l’assemblée générale figure une cotisation de 20 € pour
la première année et pour tout adhérent individuel .

Nous terminerons par une information qui devrait être confirmée prochainement par le Conseil .
La prochaine assemblée générale de l’association est prévue en mai 2011 à Marrakech .

Madani , qui était assis à coté de nous lorsque ce choix a été formulé , nous a glissé dans l’oreille
« Il faudrait que Jean Pierre organise en même temps votre réunion annuelle de Fulpmes » à quoi
nous lui avons répondu « ce serait très bien , on compte sur vous pour nous aider à le convaincre »


Alors Jean Pierre au boulot !

3/4


Conclusion :

Nous avons vécu deux journées pour nous totalement imprévues .

Nous avons cependant réalisé très rapidement que nous étions devant une chance exceptionnelle pour la pérennité du souvenir de Fulpmes .En nous engageant personnellement nous avons fait tout ce que nous pouvions en vue de cet objectif

Bien des choses restent évidemment à faire notamment définir l’articulation du triangle des anciens élèves du monde , des anciens élèves du lycée de Vienne et de ceux de Fulpmes .

Plus vous serez nombreux à participer en fonction de ce que l’âge vous permet encore , plus nous serons fort pour maintenir Fulpmes dans le monde qui était le sien tel que l’avait tracé le proviseur Jean Thibault Chambault : Le monde de l’enseignement d’avant-garde et de l’innovation .


=================
Dernière minute :

Nous venons de recevoir un message de la rédactrice en chef du journal des anciens du lycée de Vienne
diffusé à plus de 5000 exemplaires dans l’ensemble du réseau international . Elle nous demande de
préparer un article sur le lycée de Fulpmes à publier dans l’un de leurs prochains numéros .

Nous avons reçu aussi , envoyé par le Proviseur du lycée de Vienne , un ouvrage remarquable écrit il y a une quinzaine d’années par un professeur du lycée , édité en Autriche et publié sous le titre
« Le lycée français de Vienne , livre du cinquantenaire 1946 – 1996 » .

Le premier chapitre d’une vingtaine de pages est consacré à la période de création et de vie 45 / 50 des deux lycées français en Autriche , Vienne et Fulpmes . On y retrouve entre autres choses toute l’action du général Béthouard , du général Cherrière et bien sûr du proviseur Thibault Chambault .

Avec votre aide à tous Fulpmes peut continuer à vivre et vivra


Jean Pierre Hélène Maurice


 

Retour page d'accueil.

---JCS, apprenti Web-user, vous salue bien. A bientôt !