Notre centenaire , ancien prof d'anglais de Fulpmes , Nicolette Boillot , est décédée . Les cérémonies funéraires ont eu lieu l' après midi du 11 septembre à Maison Lafitte . L'un ou l'une de nos parisiens a- t'il pu y assister? . De loin, nous ne pouvons que ressentir cette grande tristesse , devant la perte d'un de nos exemples vivants ayant tant influencé positivement notre jeunesse .

Elle avait eu 103 ans il y a quelques mois .

 

Souvenirs...

Melle Boillot et l'inauguration du lycée

Texte de Hélène&Maurice , 15/07/2010


Nicolette et les premiers jours de Fulpmes

Nicolette Boillot , professeur d’anglais , fut la première des professeurs arrivée à Fulpmes en septembre 1945 après le Proviseur Jean Thibault Chambault .

Elle n’y resta que deux ans mais participa ensuite fréquemment aux réunions des anciens professeurs et anciens élèves réunis , tant à Fulpmes qu’en France .

Elle est maintenant la doyenne de nos professeurs encore parmi nous .

En effet en mai 2009 Elle a fêté son centième anniversaire dans sa propriété de la région parisienne où elle avait très aimablement invité ses anciens élèves qui en ces circonstances exceptionnelles ont été représentés par Jacqueline Bougenot et Jean Claude Hachette .

Nicolette aime passer ses étés dans une maison du haut Doubs qui appartient à sa famille depuis plusieurs siècles et où elle a reçu magnifiquement les anciens de Fulpmes en 1999 .

Les uns et les autres passent avec plaisir l’y saluer Ce furent par exemple Carlo Hackl , Claude Bougenot et leurs épouses en été 2009 . Ce fut cet été 2010 Hélène Dardant et son mari .

Nicolette a certes quelques difficultés motrices mais monte néanmoins l’escalier de l’étage de sa maison et ses marches de bois qui ont encore beaucoup plus que son âge .

Lorsque Elle parle et que ses yeux très vifs et très beaux vous regardent on se croirait encore quelque part au temps de Fulpmes .

Mais Fulpmes parlons en ou plutôt c’est Elle qui va vous en parler à travers un texte qu’elle avait écrit Elle-même en 2003 pour s’excuser de ne pouvoir cette année là participer à la réunion qu’avait organisé notre camarade Carlo à Ala en Italie où il réside avec son épouse Léda .

Soyez donc attentifs c’est Nicolette que vous voyez sur cette phot prise en 1999, et que vous écoutez .

 

« Mes deux années de Fulpmes sont parmi les meilleurs de ma vie . J’y pense encore avec émotion

« Le lycée français du Tyrol est né à l’automne 45 d’une décision du gouvernement français de « scolariser les enfants du personnel civil et militaire occupant l’Autriche de l’ouest et fut « rapidement mis en œuvre grâce à la volonté tenace du général Béthouart et du gouverneur civil « Mr Voizard qui trouva un proviseur remarquable en la personne de Jean Thibault Chambault .

« Celui-ci put recruter sur place deux ou trois militaires diplômés qu’il s’adjoignit pour former le « comité de création du futur lycée auquel je fus rapidement adjointe après cinq années de chargée « de cours de Français à l’Université de Bristol en Angleterre .

« J’avais été invitée par Mr Voizard , ami de ma famille , dès fin septembre 1945 .

« Le travail était formidable : il s’agissait de trouver des locaux , de l’ameublement , du personnel « de service et bien sûr des enseignants

.../…

« Le proviseur nous réunissait tous les matins à Innsbruck et distribuait les tâches;

« je m’occupais surtout du matériel par exemple aller réquisitionner des machines à coudre et des « tissus dans une usine textile d’une ville voisine pour faire fabriquer des rideaux et dessus de lit « par des femmes du village pour l’internat .

Cependant le lycée put ouvrir le 6 novembre avec une soixantaine d’élèves et quelques professeurs .

« Ceux-ci furent obligés de se partager les enseignements , souvent hors de leur spécialité , pendant « plusieurs semaines jusqu’à ce que le personnel fut enfin au complet .

« Au début , il n’y avait pas de véritable emploi du temps .

« Mon rôle était d’annoncer , au petit déjeuner , qui faisait quoi , où , quand .

« Tout se passa ainsi pendant quelques temps ,dans la bonne humeur et l’enthousiasme de la création « dans un lieu aussi magnifique .

« Nous étions stimulés par un proviseur exceptionnel qui sut profiter de son expérience « d’enseignement dans un établissement britannique en Palestine pour exercer son mandat de façon « fort libérale en participant à la vie quotidienne de ses élèves .

« Je me souviens en particulier de récréations durant lesquelles il se mêlait avec certains professeurs « à des parties de volley ball .

« Il oeuvrait aussi au rapprochement avec les Autrichiens , invitant tous les mois des professeurs de « l’université d’Innsbruck à un repas qui était suivi de discussions sur des sujets divers .

« Les élèves semblaient fort heureux dans ce lycée de Fulpmes qui leurs offrait , en plus de cours , « une vie de plein air et d’activités sportives exceptionnelles au point que certains s’arrangeaient « pour y rester en fin de semaine , au lieu de rentrer chez eux , pour suivre les grandes randonnées « à pied , à ski , ou à cheval .

« Je n’ai partagé que les deux premières années cette expérience si enrichissante qui , de toute « évidence , a laissé à tous un souvenir merveilleux , puisque plus de cinquante ans après sa « fermeture les anciens de Fulpmes continuent à se réunir et à évoquer leurs souvenirs . »


Nicolette

 

Retour page d'accueil.

---JCS, apprenti Web-user, vous salue bien. A bientôt !